Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
Réserver
fr
fr en de

« L’Abbaye fête en 2018,
1000 ans de reconnaissance,
mais son histoire commença bien avant ... »

L’Histoire de l’Abbaye

Le site privilégié de Talloires a certainement été habité depuis l'antiquité voir depuis des temps plus anciens. On sait par exemple que la via consularis de Milan à Strasbourg gagnait Genève via Faverges en longeant le lac par l’une ou l’autre de ses rives.
La Reine Thiberge y avait fait édifier une cella, un petit établissement religieux fort modeste. Des moines s’y établirent et développèrent ainsi le monastère. Au XVIIème siècle, par deux fois le feu s’acharnera sur l’abbaye. Elle fut reconstruite et en 1674, un bref du Pape Clément érigea l’insigne prieuré en Abbaye Royale. En 1681 eut lieu la construction des bâtiments actuels. La date inscrite sur la porte d’entrée en témoigne.
Après la Révolution Française, le monastère devient une exploitation viticole puis un relais à chevaux vers 1840. En 1862, il devient une auberge et le premier hôtel restaurant des bords du lac d’Annecy. Aujourd’hui, vous pourrez toujours admirer dans l’abbaye, le cloître, la galerie sur laquelle donnent les portes des anciennes cellules des moines, la chambre de Prieur, ...

LOTHAIRE II

Talloires entre dans l’histoire en 866 avec Lothaire II – arrière petit-fils de Charlemagne – quand il répudia sa première épouse Thiberge et lui ordonna de résider à Talloires. Elle y vécut jusqu’à sa mort, mais durant son long exil, elle avait fait édifier à Talloires, là où plus tard s’élèvera la fameuse Abbaye, une cella, petit établissement religieux fort modeste : une chapelle et, aux alentours, quelques abris ouverts aux moines errants qui marchaient à l’aventure.

Plusieurs moines s’y établirent, construisirent des cellules et formèrent l’embryon d’un petit monastère.

Pendant six siècles, ce Prieuré s’enrichit grâce aux dons des évêques et Comtes de Genève et des Ducs de Savoie

RODOLPHE III & ERMENGARDE

Cent cinquante ans plus tard, le domaine de Talloires fut donné à l’Abbaye bénédictine de Savigny (près de Lyon) par le roi et la reine de Bourgogne, Rodolphe III et Ermengarde. Le premier Prieur Germain, édifia en quelques années, avec l’aide des habitants de Talloires, à l’emplacement de la cella de Thiberge qui tombait en ruines, une grande et belle église, aujourd’hui disparue. A côté s’élevèrent bientôt d’autres bâtiments pour le logement des moines dans le site merveilleux que forme la baie, encadrée de montagnes aux profils surréalistes.

Clément X

En 1674, un bref du pape Clément X érigea l’insigne Prieuré en Abbaye Royale. Alors le déclin commença, les moines – véritables seigneurs féodaux – menèrent une vie dissolue qui provoqua un esprit de révolte parmi la population. Les vestiges de ces fastes ne font que confirmer le souvenir que l’on garde de cette époque.

Révolution

La Révolution n’atteignit Talloires qu’en juillet 1792. Alors s’effondra le clocher de son église abbatiale (on dit que ses cloches gisent encore au fond du lac) et les archivent vieilles de 700 ans nourrirent les flammes d'un immense bûcher sur la place des marronniers ...

Les ruines furent définitivement rasées en 1833.

paul Cézanne

Talloires se fit oublier pendant quelques décennies avant que la beauté de son cadre n’attirât les privilégiés d’une société d’artistes, d’écrivains et d’oisifs. Une, puis deux auberges, au bord du lac, accueillaient les voyageurs venus par bateau depuis Annecy.

En savoir +

XXIEME SIECLE A NOS JOURS

C’est au début de ce siècle que l'on vit s’épanouir la renommée mondiale de Talloires tant par son site admirable que par sa gastronomie et son accueil de qualité.

Galerie Photo